IFB France

Les loyers des meublés parisiens sont stables

Posté le : 11/01/2016

L’ensemble des arrondissements de la capitale sont concernés par cette légère hausse, de +0,51 % pour les plus excentrés (du 9ème au 20ème) jusqu’à +0,72 % pour le cœur de l’agglomération. Les chiffres suivent ainsi la tendance naturelle du marché.C'est en effet la troisième année consécutive que les prix des meublés parisiens évoluent faiblement : +0,36 % entre 2012 et 2013 et +0,17 % de 2013 à 2014. Cette tendance relativement stable laisse penser que l’entrée en vigueur de l’encadrement des loyers en août dernier n’a pas encore eu d’effet significatif sur la variation des loyers. Qu’en sera-t-il en 2016 ?
Dans son ensemble, l’évolution de la provenance géographique des locataires est constante, l’Union européenne et la France occupant toujours la tête du classement. Le phénomène marquant provient de la hausse des loueurs asiatiques (+2.1 %), notamment grâce à la demande des pays dynamiques de ce continent, parmi lesquels la Chine, Taiwan, la Corée du sud et l’Inde.
L’internationalisation de l’enseignement supérieur semble être à l’origine de cette augmentation, l’Asie constituant la première région d’origine des étudiants internationaux dans le monde. Les étudiants chinois sont parmi les plus nombreux à choisir l’Hexagone et sa capitale, qu’ils viennent juste pour un échange d’un semestre ou pour un cursus de plusieurs années : de 15.000 en 2005, ils sont passés à plus de 31.000 aujourd’hui. À noter également que les locataires américains et canadiens ont été plus nombreux cette année.
Les motifs de séjour des locataires parisiens demeurent assez stables, cependant la mobilité professionnelle a été détrônée en 2015 par les études, en légère hausse de +2,1 %. L’engouement pour la capitale française semble justifié puisqu’elle a été désignée meilleure ville étudiante du monde pour la quatrième année consécutive, par l’agence internationale Quacquarelli Symonds (QS) dans une enquête publiée le 1er décembre 2015. Ce classement prend en compte divers critères comme le coût des études, le coût de la vie, la pollution, la présence et l’activité des recruteurs, la mixité entre étudiants et la qualité du cadre de vie. Les besoins de logements meublés concordent avec cette demande estudiantine. Pour preuve, plus de 12 % des étudiants de l’enseignement supérieur en France sont étrangers, et notamment à Sciences-Po, qui compte 46 % d’étudiants étrangers. Les autres locataires emménagent à Paris soit pour des raisons professionnelles (41,6 %) soit pour d’autres motifs (16,2 %), tels que des travaux importants dans le logement principal ou l’accompagnement d’un proche hospitalisé.